vous inscrire aux mises à jour:

pour être informé par mail des mises à jour
entrez votre email:

mardi 30 avril 2013

La cash machine des groupes miniers; Aurélien Duthoit | Xerfi Canal


1 commentaire:

  1. Je me permets d'apporter des éléments techniques et économiques à cette vidéo; elles émanent d'un ingénieur des mines qui a passé 20 ans dans l'exploitation et 20 ans comme consultant à l'international pour le développement de mines: charbon, fer, phosphates, métaux non ferreux, Pb, Zn, Cu, Au, Ag...

    Les propos tenus par Aurélien Duthoit sur la rente minière, la concentration des activités minières dans un petit nombre de grands groupes miniers, l'évolution des réserves et la part de la Chine dans la consommation mondiale des minerais, demandent quelques compléments qui me paraissent utiles. Je ne sais quel est le background minier d'Aurélien Duthoit dont j'apprécie les excellentes analyses par ailleurs.

    Concernant la rente minière, celle-ci résulte naturellement de la localisation des ressources en certains endroits de la planète, différents et loin des lieux des besoins et de leur consommation. Je n'entrerai pas ici dans la genèse et la géologie des gisements. Cette différence de lieux et cet éloignement impose au mineur de concentrer le minerai à une teneur la plus élevée possible pour réduire le volume à transporter au marché et les frais de transport.

    La nature des gisements selon le produit, en volume de réserves, en qualité (teneur du produit) et en conditions d'exploitation (ciel ouvert, ou souterrain et les difficultés particulières dans chaque cas) et les conditions du marché (liées à la situation de l'offre et de la demande équilibrés par les prix), sont des éléments d'incertitude qui affectent le calcul économique de chaque opération minière. Une opération considérée seule peut être rentable ou non rentable selon la manière dont ces incertitudes se déroulent. Il en résulte qu'un opérateur doit avoir un grand nombre de mines en portefeuille pour que ces incertitudes l'affectent le moins possible. C'est pourquoi, les grands groupes se sont formés dans les grands pays miniers Australie, USA, Canada, Brésil, Afrique du Sud, en étendant leurs activités dans d'autres pays Chili, Pérou. Je n'entrerai pas dans trop de détails sur ce point car cela emènerait trop loin. Concernant les réserves, l'épuisement est un mythe propapgé par la pensée écologique des dernières décennies. Dans le temps très long de la planète, il y aura forcément épuisement si l'homme pouvait tout extraire ce à quoi il a accès. Mais dans la pratique, ceci est théorique, car il existe de multiples gisements cachés dans le monde. C'est justement l'avantage des grands groupes car leur taille leur permet d'avoir une stratégie de recherche et de gestion de réserves, ce qui est un processus risqué et nécessite des moyens financiers importants. La rente minière est donc indispensable pour cela.

    Reste le problème de la Chine. Avec ses 1.35 milliards d'habitants, un PIB actuel de 9.7G$ (2013) et un PIB/habitant actuel de 7200$/habitant (en $ courants), les progrès de la Chine mesurés en croissance du PIB/habitant vers le niveau américain ou européen, laissent penser que la Chine pourrait consommer toute la production minière actuelle de la planète. C'est évidemment impossible. Il faudra forcément une solution. On ne sait pas laquelle. Voir mon dossier Chine.

    RépondreSupprimer